La technique de Respiration Intermittente Consciente

Auteur: Loris Vitry (Thérapeute holistique et coach en respiration)

Avertissement: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les bienfaits de la respiration. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.

Technique de Respiration Intermittente
Découvrez la technique de respiration la plus efficace pour vous régénérer rapidement après une période de stress et de fatigue intense.

La respiration est une fonction du corps absolument magique.

En effet, ce processus vital est automatique et inconscient, vous n'avez pas à y penser, le souffle se fait tout seul.

Votre vie entière se déroule au rythme des inspirations et des expirations, avec une première inspiration à la naissance et un dernier souffle à la mort.

Entre la naissance et la mort, vous souffrez: stress, angoisse, insomnie, anxiété, dépression, agitation mentale, nervosité, etc.

Inconsciemment, vous vous demandez ce que vous avez bien pu faire à la Vie pour souffrir (même temporairement)...

...jusqu'au jour où vous découvrirez que votre Vie entière dépend de la manière dont vous respirez.

Ce jour là marque un tournant à 180° dans votre vie !

Je suis sûr que vous avez déjà lu ou entendu quelque part : "la respiration est le lien entre le corps et l'esprit".

En fait, je dirais même plus: "la respiration est votre vie elle-même".

La technique de Respiration Intermittente Consciente

Comment j'ai mis au point la technique de Respiration Intermittente ?

A l'époque où la Vie s'acharnait contre moi, je sentais bien au fond de moi que ma seule porte de sortie consistait à contrôler ma respiration.

En effet, je souffrais d'un mal que 99.99% de la population a déjà expérimenté: un diaphragme bloqué.

Pour celles et ceux qui ne savent pas, le diaphragme est le muscle de votre respiration, celui qui permet vos inspirations et vos expirations.

Comme le muscle cardiaque, c'est un muscle qui ne s'arrête jamais, sauf à la fin...

Le contrôle du souffle et le déblocage du diaphragme m'ont tout d'abord amené naturellement vers le Yoga et plus précisément le Pranayama, la discipline qui consiste à contrôler votre respiration.

Après plus de 5 ans de formation professionnelle pour devenir professeur de Yoga, j'ai découvert et pratiqué des centaines d'exercices de respiration (parfois plusieurs heures par jour).

Au début, ces nombreux exercices yogiques m'ont "abîmé" la santé, car je les faisais MAL, et surtout, je ne comprenais pas ce que je faisais, physiologiquement parlant.

Mon professeur de l'époque ne faisait que répéter bêtement les enseignements qu'il avait lui-même reçu d'un autre professeur, sans comprendre en profondeur la physiologie profonde de la respiration.

Peut-être l'avait-il compris, mais cela n'était pas clair de mon point de vue.

J'ai donc dû étudié en parallèle la physiologie, l'anatomie, la chimie, etc, afin de comprendre exactement ce qui se passe dans le corps lors de la respiration.

Ce que j'ai découvert est absolument fascinant: sur chaque inspiration et expiration, ce sont des centaines milliers d'interactions qui se produisent dans le corps.

Un livre entier ne suffirait pas à détailler l'ensemble des répercussions du souffle sur le corps et l'esprit.

Juste pour donner quelques exemples: la respiration agit directement sur les 2 branches du système nerveux, sur la contraction du coeur (et du péricarde), sur le cerveau, sur la fréquence vibratoire du corps (aura), sur le système immunitaire, sur le système lymphatique, etc.

Comme ce n'est pas le sujet aujourd'hui, je préfère donc résumer en disant que la respiration est votre Vie elle-même.

D'ailleurs, vous ne pouvez pas vivre si vous ne respirez pas.

Et au fil de mes expériences et de mes tests dans le Yoga, j'ai donc fini par découvrir le pouvoir de ce qu'on appelle dans le milieu yogique: les kumbhakas.

Bahir Kumbakha et Antar Kumbhaka

Bahir Kumbakha correspond à une suspension du souffle à poumons vides (après l'expiration).

Antar Kumbhaka correspond à une suspension du souffle à poumons pleins (après l'inspiration).

J'ai expérimenté pendant des années les deux techniques pour finalement choisir de me focaliser sur Bahir Kumbhaka, la rétention à poumons vides.

Pourquoi ai-je abandonné les rétentions à poumons pleins ?

La rétention à poumons pleins (après l'inspiration) est une technique magique mais toxique.

Il faut bien comprendre que ces techniques de Pranayama ont été développé par des yogis qui vivaient en Inde et qui étaient aussi reclus dans leur grotte dans les montagnes de l'Himalaya.

Leur seul moyen d'expérimenter la Vie (sous tous les angles) était de pratiquer le contrôle du souffle dans tous les sens possibles, notamment en retenant leur souffle à poumons pleins.

Mais une fois qu'on comprend l'objectif de cette pratique, on arrête de la pratiquer.

En effet, l'objectif des yogis en retenant leur souffle à poumons pleins était de vérifier leur capacité à maintenir un "calme mental" dans une situation de stress intense.

En effet, l'effet immédiat d'une rétention à poumons pleins est la libération d'adrénaline (et de bicarbonate) par les glandes surrénales.

En physiologie, on sait aussi que l'inspiration active le système nerveux sympathique (celui qui active le corps) et que bloquer son souffle après cette inspiration amplifie les effets de cette branche du système nerveux.

Dit autrement, on déclenche une réaction de stress physiologique appelée aussi la réaction "fly or fight".

C'est cette réaction de fuite ou de combat que les yogis cherchaient à contrôler (et même à annuler) en pratiquant les rétentions à poumons pleins tout en contrôlant leur mental.

En effet, lors de cette réaction de stress, une rivière d'adrénaline est libérée dans votre sang.

Et l'adrénaline est une hormone puissante qui libère une quantité astronomique d'énergie.

Cette hormone de stress vous donne aussi un sentiment de toute puissance, destinée à la base, à affronter le danger (stress) qui se présente à vous.

L'adrénaline est donc une hormone extrêmement addictive (on devient facilement accro) sauf qu'à un moment, vos glandes surrénales qui les produisent finissent par s'épuiser.

C'est ce qu'on appelle communément le burnout (épuisement surrénalien).

Et pourtant, aujourd'hui, par ignorance, la majorité des coachs en respiration enseigne la rétention à poumons pleins à leurs élèves car l'adrénaline a des effets surprenants dès la première utilisation.

Elle vous fait vous sentir bien dès la première fois, vous rend accro, mais finit pas vous épuiser totalement quand vos glandes surrénales n'en peuvent plus.

Comme je le dis souvent, pratiquer les rétentions à poumons pleins pour avoir de l'énergie, c'est comme de faire un pacte avec le diable.

Vous "gagnez" énormément tout de suite, mais vous "perdez" très gros à long terme...

Pourquoi je me suis focalisé sur les suspensions du souffle à poumons vides ?

Cet épuisement des glandes surrénales (burnout), j'ai eu le malheur la chance de l'expérimenter.

Les causes étaient multiples: pratiques extrêmes du pranayama avec notamment les rétentions à poumons pleins, style de vie non régulier avec des nuits blanches le week-end, consommations régulières d'alcool et junk-food, etc.

Bref, un cocktail parfait pour épuiser les glandes surrénales...

Il a donc fallu donc que je supprime d'urgence tous les facteurs stressants de ma vie, mais aussi que je respire de telle sorte que mes glandes surrénales ne libèrent plus jamais d'adrénaline (sauf en cas d'un réel danger).

J'ai donc réglé mon rythme circadien pour dormir tous les soirs à 8h.

J'ai éliminé tous les aliments toxiques en suivant un régime HYPERcalorique HYPOtoxique (beaucoup de bonnes choses).

Et en matière de respiration, la solution pour éliminer mon stress était évidemment de faire l'exacte opposé que ce que je faisais...

Plutôt que faire des séances de Antar Kumbhaka en retenant mon souffle après mes inspirations, j'allais retenir mon souffle après mes expirations.

C'est ainsi que j'ai embrassé les rétentions à vides jusqu'à découvrir leurs potentiels infinis...

J'ai donc pris plusieurs années pour explorer en profondeur cette dimension du souffle jusqu'à créer une technique puissante appelée la respiration intermittente consciente.

La respiration intermittente: c'est quoi concrètement ?

C'est exactement le même principe que le jeûne intermittent: on mange et on jeûne.

Dans la respiration intermittente: on respire (inspiration + expiration) et on fait une pause.

Autant la période de jeûne intermittent va guérir votre corps avec notamment le processus d'autophagie, autant la période de rétention respiratoire intermittente (à poumons vides) va améliorer votre vie toute entière.

Le jeûne intermittent est puissant car il active un processus d'auto-guérison appelé "homéostasie", où toutes les variables physiologiques du corps retrouvent leur normale.

Et bien la respiration intermittente (et sa rétention respiratoire) fait la même chose, mais de manière encore plus puissante.

La respiration intermittente, c'est le jeûne intermittent multiplié par 100 !

Si vous croyez que j'exagère, je vous laisse lire et regarder les témoignages sur la respiration intermittente.

Une technique simple en apparence mais très subtile à pratiquer

Quand vous allez sur Internet, vous trouverez pleins d'exercices de ce genre :

- inspirez sur 4 secondes, retenez votre souffle sur 2 secondes, expirez sur 4 secondes et retenez votre souffle sur 2 secondes.

Malheureusement, tous les coachs qui vous donnent ce genre d'exercices respiratoires vous induisent en erreur.

Pourquoi ?

Et bien parce que chaque personne a une Vie différente, et donc chacun a un souffle différent.

Comment pouvez-vous donner le même exercice à tout le monde ? à une personne obèse souffrant de BPCO ? à un chanteur voulant plus de souffle ? à un sportif de haut niveau voulant améliorer son endurance ? à une personne stressée faisant des crises d'angoisses ?

Ne voyez-vous pas l'absurdité d'un exercice généraliste qui correspondrait à tout le monde ?

Pourtant, c'est ce que propose la sophrologie, la cohérence cardiaque, la méthode Wim Hof, etc...

Un exercice de respiration efficace est un exercice personnalisé, c'est à dire un exercice qui correspond exactement au niveau de souffle actuel de la personne.

Et dans ma formation complète sur la respiration intermittente, je vous explique exactement comment doser chacune des étapes de la respiration en fonction de VOTRE individualité (corps et esprit).

La Respiration Intermittente n'est pas la méthode du docteur Buteyko

Lors de mes études en physiologie, j'ai eu la chance de découvrir les travaux du docteur ukrainien Konstantin Buteyko.

Ce monsieur était un expert de la respiration, mais surtout, ce fut un des premiers professionnels de la santé a mettre en évidence l'importance du CO2 dans le processus de la respiration.

En effet, le CO2 est la molécule indispensable à l'oxygénation, c'est ce qu'on appelle l'effet Bohr (le CO2 attire l'oxygène).

Dit autrement, pour vous oxygéner, vous devez d'abord produire du CO2 au niveau cellulaire.

Que vous pratiquez Bahir ou Antar Kumbhaka, votre corps va produire des tonnes de CO2, ce qui va améliorer sérieusement votre oxygénation.

Sauf que lors d'une rétention à poumons pleins, l'oxygénation se fait dans le stress et l'adrénaline (avec libération de bicarbonate), tôt ou tard, vous allez en souffrir...

Alors que lors d'une rétention à poumons vides, l'oxygénation se fait dans le repos et la détente, tôt ou tard, vous en récolterez les fruits...

C'est la raison pour laquelle le docteur Buteyko et moi-même focalisons tous nos exercices autour des rétentions à poumons vides.

Sauf que la technique de respiration intermittente n'a strictement rien à voir avec la méthode Buteyko.

Alors oui, le test Buteyko (control pause) est effectivement une forme de respiration intermittente puisqu'il s'agit de retenir sa respiration après l'expiration pour mesurer votre temps d'apnée à poumons vides.

Mais il ne s'agit que du test de base pour mesurer votre oxygénation cellulaire et votre tolérance au CO2.

En effet, l'exercice de base du docteur Buteyko se nomme: "reduced breathing".

Il s'agit de respirer moins, de ralentir sa respiration, de réduire l'amplitude et la profondeur de sa respiration.

L'objectif ultime est d'hypoventiler pour accumuler plus de CO2 et donc améliorer l'oxygénation du corps grâce à l'effet Bohr.

Je connais parfaitement cette technique puisque je l'ai aussi expérimenté pendant des années.

Cela a été très efficace au début (grâce à l'accumulation de CO2), mais l'hypoventilation chronique et l'excès de CO2 (hypercapnie) ont engendré une hypothyroïdie chronique, syndrome dont souffre la plupart des pratiquants de la méthode Buteyko.

Tous les coachs Buteyko font des apnées très longues à poumons vides, sauf qu'ils ont tous un problème de thyroïde (hypothyroïdie).

C'est la raison pour laquelle j'ai rejeté la technique de Buteyko appelée "reduced breathing".

Ma découverte du Docteur Barnes

Avec cette malheureuse hypothyroïdie induite par une hypoventilation chronique de la méthode Buteyko (et d'autres facteurs de stress chronique), j'ai souffert de frilosité extrême, de fatigue permanente, de surpoids au niveau du ventre, bref que des symptômes typiques liés à l'hypothyroïdie.

Heureusement, j'ai découvert les travaux du docteur Barnes, un endocrinologue expert du métabolisme.

Selon lui, la plupart des maladies sont liés à un ralentissement du métabolisme et donc à une chute de la température corporelle.

En effet, vos cellules ont besoin d'une température minimale pour BIEN fonctionner.

Et selon lui (et la norme médicale), on devrait avoir AU GRAND MINIMUM une température de 36.5°C sous la langue le matin au réveil.

Pour cela, il faut utiliser un thermomètre numérique à mettre uniquement dans la bouche.

Inutile de prendre votre température rectale (ou autres) car les travaux du docteur Barnes se basent uniquement sur la température buccale.

Je souffrais évidemment d'un métabolisme endommagé puisque ma température était inférieure à 36°C.

Il fallu trouver une solution à mon hypothyroïdie.

Après des mois d'expérience, j'ai donc fini par allier toutes mes expériences du Yoga (Kumbhaka), les travaux du docteur Buteyko (effet Bohr, control pause) et ceux du docteur Barnes (hypothyroïdie et température matinale) pour mettre au point la technique de respiration ultime.

Cette technique avait donc pour objectif :

  • - l'activation du système nerveux parasympathique (détente, repos, digestion)
  • - la mise au repos des glandes surrénales (fini la production excessive d'adrénaline et de cortisol)
  • - la normalisation de ma température corporelle et donc de ma thyroïde (métabolisme)
  • - l'augmentation de mon énergie à long terme (pas de haut ni de bas extrême, mais une énergie stable)
  • - une meilleure oxygénation cellulaire (énergie, détoxification, système immunitaire, aura, etc)
  • - la réduction maximale de mon niveau de stress (fin de l'anxiété, des angoisses et de l'agitation mentale)

En gardant tout ça en tête, j'ai donc finalement conçu la technique ultime que j'ai nommé : la Respiration Intermittente consciente.

Qu'est ce que la respiration intermittente INconsciente ?

Vous le savez pas, mais vous pratiquez inconsciemment ce type de respiration à longueur de journée, et même la nuit.

- Quand une situation anxiogène se présente, vous ne le savez pas, mais vous bloquez votre respiration (rétention du souffle).

- Quand un danger se présente et qu'une peur se déclenche, vous ne le savez pas, mais vous êtes déjà en apnée (blocage du souffle).

- Quand le soir vous ronflez et faites de l'apnée du sommeil (à divers degrés), vous ne le savez pas, mais votre respiration se bloque, parfois plus d'une minute dans certains cas graves.

Vous me direz: "mais pourquoi je ne suis pas détendu et calme si je pratique déjà la respiration intermittente ?"

Et bien la raison est simple : vous bloquez inconsciemment votre souffle APRES une inspiration.

Résultat ?

Adrénaline, stress, anxiété, fatigue, etc...

La respiration intermittente consciente consiste à faire la même chose, mais après une expiration détendue et parfaitement maîtrisée.

Le danger de la respiration intermittente consciente

En lisant cet article, tout le monde voudra essayer la technique par soi-même.

Certains tenteront d'établir des pauses respiratoires après leur expiration, sauf que la respiration intermittente est un art très subtile que j'ai pris des années à mettre au point.

Il y a des très nombreuses subtilités qui feront toute la différence.

Des millions de pratiquants de Yoga pratiquent déjà Bahir Kumbhaka, et pourtant, leur vie est toujours au même point, leur oxygénation reste même misérable (faites le test ici), et beaucoup d'entre eux sont toujours en lutte pour jouir d'une santé juste normale.

La plupart du temps, cela signifie que tous ces pratiquants pratiquent mal, très mal, comme j'ai pu le faire moi-aussi dans le passé.

J'aime souvent dire à mes élèves: "une bonne respiration peut vous sublimer et vous régénérer, mais une mauvaise respiration vous détruit à chaque souffle".

Malheureusement, à l'heure d'aujourd'hui, nos souffles sont tellement déréglés par le stress, la pollution, l'agitation du monde, qu'il est dangereux de vouloir pratiquer un exercice de respiration tout seul.

Par exemple: beaucoup de personnes font des exercices et se sentent immédiatement bien. Ils ne le savent pas encore, mais c'est causé par l'adrénaline.

L'art de la respiration requiert donc un accompagnement précis !

Ne vous lancez donc pas aveuglément dans une pratique respiratoire sans être guidé par une personne expérimentée.

Il est même préférable de ne rien faire, plutôt que de MAL faire.

Si votre souffle est déréglé par le stress, ajoutez un exercice erroné par dessus ne va faire qu'amplifier votre stress.

Le mieux est de vous calmer et laisser votre respiration s'apaiser par elle-même.

Formation sur la respiration intermittente

Cela fait des années que j'ai mis au point cette technique de respiration intermittente consciente.

Chaque jour, je reçois des témoignages de personnes qui ont littéralement changé leur vie grâce à cet exercice respiratoire personnalisé.

La raison est simple: la respiration intermittente (bien pratiquée comme indiquée dans ma formation) accélère votre régénération en SUR-activant votre système nerveux parasympathique, la branche du système nerveux qui gère le repos, la digestion, l'auto-guérison, l'homéostasie.

Si vous voulez suivre ma formation complète (payante) afin d'être bien guidé et d'éviter toutes les erreurs possibles, j'aimerais d'abord vous offrir un ebook gratuit ainsi qu'un atelier vidéo.

Dans le ebook, je détaille en profondeur tous les aspects de la respiration intermittente, mais surtout j'aborde la physiologie du souffle de manière simple et efficace.

Dans l'atelier vidéo, je vous explique les erreurs à ne surtout pas commettre quand il s'agit de respirer et de gérer son stress.

Après avoir lu le ebook et visionné l'atelier vidéo, vous pourrez ensuite commander la formation complète payante.

Quelle que soit votre décision, je vous souhaite une très belle Vie, et donc une parfaite maîtrise de votre souffle.

Voici une citation d'un des textes les plus anciens du Yoga : "le but du yoga est atteint quand le souffle cesse".

Et quel est le but ultime du Yoga ?

L'arrêt du mental.

Lors d'une conversation, quelqu'un demanda au maître spirituel Eckhart Tollé : "comment rencontrer Dieu ?"

Eckhart Tollé : "En arrêtant simplement de penser".

Voila donc où vous mènera progressivement la pratique de la respiration intermittente consciente.

La Respiration Intermittente Consciente
Voici l'exercice de souffle le plus efficace à faire tous les jours si vous voulez vous éveiller spirituellement.

Lisez aussi:

Respiration abdominale: comment respirer avec le ventre?

Comment se concentrer sur sa respiration sans la modifier ?