Comment la respiration synchronise les ondes du cerveau ?

Auteur: Loris Vitry (Thérapeute holistique et coach en respiration)

Avertissement: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les bienfaits de la respiration. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.

Technique de Respiration Intermittente
Découvrez la technique de respiration la plus efficace pour vous régénérer rapidement après une période de stress et de fatigue intense.

Entre le souffle et le cerveau, il existe une interaction très importante.

En effet, la respiration agit sur l'activité cérébrale de l'être humain.

Ceci dit, la respiration influe aussi bien sur les capacités cognitives que la conscience de soi.

Comment la respiration synchronise les ondes du cerveau

Vous désirez en savoir davantage sur le lien étroit qui unit la respiration et le cerveau ?

Alors découvrez cet article comment la respiration synchronise les ondes du cerveau.

Quel est le mécanisme de la respiration ?

Pour mieux cerner la question de la synchronisation des ondes du cerveau par la respiration, il serait utile d'en connaître le fonctionnement.

En réalité, la respiration reste une fonction spéciale et auto régulée, c'est-à-dire que l'on respire sans devoir y penser.

Cependant, la respiration demeure l'une des fonctions les plus faciles à contrôler, ce qui nous permet justement d'influencer le cerveau et de nombreuses autres fonctions du corps.

Pour ce qui est du mécanisme proprement dit, les poumons se gonflent et se dégonflent plusieurs fois par minute lors d'une respiration normale.

Ainsi, les conduits pulmonaires appelés « alvéoles pulmonaires » favorisent la traversée de l'oxygène dans le sang, puis le dégagent du dioxyde de carbone.

Ce mécanisme est notamment harmonisé par certains muscles, mais beaucoup plus par le diaphragme qui joue le rôle de pompes pour les poumons.

Tous ces muscles sont en effet dirigés, soit par un système nerveux indépendant qui se trouve dans le tronc cérébral, soit par des régions du cortex supérieur.

Dans ce sens, le cerveau vient donc jouer un rôle régulateur en se basant notamment sur des informations provenant du corps.

Il faut donc souligner que l'interférence entre la respiration et le cerveau est bilatérale.

Dit autrement, si vous modifiez votre souffle, vous impactez votre cerveau.

Mais si vous "modifiez" vos pensées, vous impactez votre souffle.

En réalité, lorsque le souffle se trouve perturbé d'une façon ou d'une autre, par le stress par exemple, le cerveau en ressent les dégâts et souffre aussi.

Dans le même temps, certains exercices respiratoires (yoga, méditation, etc) mettent cette interdépendance à profit.

Quelles interactions existent concrètement entre la respiration et le cerveau ?

Nombreuses sont ces régions cérébrales dont l'activité dépend de la fréquence respiratoire.

À titre illustratif, les recherches démontrent clairement qu'il est beaucoup plus facile de mémoriser au cours de l'inspiration que lors de l'expiration.

En effet, la respiration joue un rôle prépondérant dans la connaissance de soi, d'autant plus qu'elle participe à la réunion des informations internes comme externes.

Par conséquent, le psychisme est fortement atteint lorsque la respiration est perturbée, et réciproquement.

Une mauvaise respiration peut donc avoir des conséquences néfastes telles que l'irritabilité, le stress, la frustration, etc.

A contrario, une respiration saine sera source de bien-être intérieur et extérieur.

Quels sont les bienfaits de la respiration sur l'activité cérébrale ?

Tout comme sur le corps humain en général, les effets positifs de la respiration sur le cerveau sont nombreux.

Des exercices respiratoires ponctuels donnent lieu à des mécanismes de neuro-plasticité au sein du cerveau.

La neuro-plasticité correspond à la potentialité du cerveau à se renouveler au cours de la vie.

De même, une respiration lente et profonde mobilise le système nerveux parasympathique.

Son action atteint non seulement les battements cardiaques, mais également les zones cérébrales des émotions (cerveau limbique), ce qui procure un effet plutôt relaxant.

En plus de calmer le stress, la respiration synchronise l'activité de nombreuses régions du cerveau.

Elle assure ainsi l'effectivité de plusieurs fluctuations cognitives.

À chaque inspiration par exemple, des ondes thêta (ondes à haute fréquence) sont produites dans l'amygdale et l'hippocampe.

Ces deux compartiments correspondent notamment aux centres cérébraux des émotions et de la mémoire.

Cela dit, la respiration agirait sur le cerveau à travers les terminaisons sensorielles qui recouvrent la cavité nasale, d'où l'importance d'avoir une respiration nasale.

L'activité nerveuse se répand au cortex olfactif et au bulbe, puis atteint les régions cérébrales profondes (amygdale et hippocampe).

La voie respiratoire est donc celle qui orchestre la sensibilité spatio-temporelle par le biais du cerveau.

Dit plus simplement, la respiration est connectée directement à notre cerveau et plus particulièrement au cerveau reptilien animal et au cerveau émotionnel limbique.

La méditation : outil pour générer des ondes ?

Il existe plusieurs types d'exercices respiratoires que vous pouvez pratiquer pour assurer une meilleure synchronisation des ondes de votre cerveau.

Bon nombre d'entre eux recommandent surtout la respiration abdominale ou ventrale (contraction du diaphragme).

En effet, cet exercice sollicite plus de ressources cérébrales et permet de générer des ondes alpha, celle produites lors de la méditation.

De plus, la respiration abdominale aide à se dégager des ondes / énergies négatives comme le stress et ses corollaires.

La méditation constitue donc évidemment un excellent exercice de respiration.

Elle aide à la modification de nombreuses aires cérébrales, et même de leur volume.

Avoir des respirations lentes comme celle dans la méditation, contrôlées et régulières améliorent les pulsations cardiaques, et par conséquent, apaise le cerveau.

En résumé, la respiration synchronise les ondes du cerveau grâce à l'interaction qui existe entre le souffle et le cerveau.

Comment se mettre en ondes alpha, bêta, delta, théta

Les ondes alpha correspondent à un état de relaxation profond, un état de bien-être et de légèreté.

Nous sommes comme dans un état méditatif, mais éveillé, un état pleinement conscient et présent à l'instant.

Pour se mettre en ondes alpha, quelques respirations diaphragmatiques et une méditation de 10 minutes suffiront amplement.

Les ondes bêta correspondent à un état d'éveil et de concentration.

Pour se mettre en ondes bêta, il suffit simplement de s'activer et de se concentrer dans ses activités.

Les ondes delta correspondent à un état de relaxation très profond, où toutes notions de temps et d'espace disparaissent complètement.

Et puis, nous avons les ondes théta où le corps est à l'arrêt, mais l'esprit très vif.

Ces ondes alpha, bêta, delta, théta sont tout simplement des fréquences cérébrales différentes qui correspondent à des états de conscience différents.

Pour se mettre dans une ou l'autre, il faudra dans tous les cas passer par la pratique de la méditation en pleine conscience.

La Respiration Intermittente Consciente
Voici l'exercice de souffle le plus efficace à faire tous les jours si vous voulez vous éveiller spirituellement.

Lisez aussi:

Comment la respiration permet de maintenir le pH sanguin constant ?

Comment mieux respirer avec une BPCO ?